Obtenez un devis de rénovation pour votre maison


Le calcul de devis de rénovation prend en compte différents facteurs qui vont influer non seulement sur les éventuels crédits d’impôt qui peuvent être alloués au propriétaire du logement dont il s’agit de la résidence principale, mais aussi sur les taux de TVA qui sont appliqués par l’administration fiscale. Tous ces éléments changent naturellement du tout au tout l’approche du calcul de travaux à réaliser. Donc, pour procéder au calcul de devis de rénovation au plus proche de la réalité, il faut prendre en compte la nature des travaux aussi bien que la nature du logement. Alors, qu’est ce réellement que de la rénovation ? Et comment faire pour faire baisser le devis ? Nous allons vous aider à y voir plus clair dans la jungle du monde des travaux.

Méthode de calcul de devis de rénovation

La rénovation comprend tous types de travaux entrepris au moins deux ans après l’achèvement de la construction d’un logement. Le fait qu’il s’agisse de rénovation entraîne automatiquement des répercussions positives sur le calcul de devis de rénovation.

La TVA sur le calcul de devis de rénovation

La rénovation est un domaine où les pouvoirs publics mènent depuis plusieurs années une politique d’encouragement à destination des propriétaires afin qu’ils puissent exercer quelques travaux dans leur logement. Cette politique est différente selon l’âge du logement et selon la nature des travaux.

Dans cette logique, les travaux de rénovation bénéficient d’une TVA minorée pour tout ce qui concerne la main d’œuvre, mais également sur le matériel à acheter si c’est le professionnel qui s’en charge.



Ainsi, pour tout calcul de devis de rénovation, il faut partir sur la base d’une TVA à 10 % pour les travaux classiques, ou 5,5 % s’il s’agit d’améliorer l’habitat notamment en termes d’isolation thermique.

Les aides et la législation sur la rénovation

Pour aider les propriétaires à assumer des travaux de rénovation, les pouvoirs publics ne se contentent pas de proposer une TVA avantageuse, mais ils mettent aussi en place des solutions de financement qui présentent de nombreux bénéfices. Si les banques proposent elles aussi des prêts pour les travaux de rénovation, les dispositifs mis en place par l’administration sont bien souvent plus profitables.

Parmi ces solutions d’aide au travers d’un prêt pour la rénovation, l’on retrouve :

  • le prêt épargne logement : pour bénéficier du prêt épargne logement, il faut être titulaire d’un PEL (plan épargne logement) ou d’un CEL (compte épargne logement). D’un montant de 92 000 € au maximum, remboursable sur une durée de deux à quinze ans, le prêt accordé aux titulaires d’un PEL peut bénéficier, selon les cas, d’une prime de l’Etat à hauteur de 1 525 €. Tandis qu’un détenteur de CEL bénéficiera d’un montant égale à la moitié des intérêts acquis, et d’un prêt allant jusqu’à 23 000 €, pour un remboursement entre deux à quinze ans avec un taux d’intérêt à 2,75 %
  • l’éco prêt travaux : aussi appelé l’éco prêt à taux zéro, ce prêt financier qui se destine à de la rénovation ne génère pas d’intérêt débiteur pour le propriétaire du logement. Une solution tout en douceur donc pour améliorer l’isolation ou la production d’eau chaude chaez soi
  • calcul du prêt d’amélioration de l’habitat : ce prêt octroyé par la CAF est alloué aux personnes bénéficiaires de certaines prestations familiales, et notamment les aides à l’enfance de la CAF. Le prêt d’amélioration de l’habitat se rembourse au taux de 1 % pour tout ce qui concerne les travaux de réparation, d’assainissement, d’amélioration chauffage ou sanitaire, d’agrandissement ou de division, et d’isolation thermique