Les taux d’intérêts sur les 10 dernières années


Les taux d’intérêts sont soumis à des variations qui peuvent annuelles, trimestrielles ou même mensuelles. Qu’il s’agisse de crédit à la consommation, ou du très recherché crédit immobilier qui se trouve particulièrement difficile à décrocher aux vues de la conjoncture économique, les taux d’intérêt suivent tous les indicateurs qui déterminent le PIB d’un pays. Ensemble nous allons voir l’évolution des taux d’intérêts sur les 10 dernières années dans le domaine du crédit immobilier. Ce dernier se base sur l’Euribord, des données chiffrées qui peuvent vite ressembler à une usine à gaz pour un non initié.

Il n’existe pas un seul taux

Lorsque l’on parle d’évolution des taux d’intérêts sur les 10 dernières années en matière de crédit immobilier, l’on peut mélanger les torchons et les serviettes et finalement faire dire tout ce que l’on veut aux chiffres. En effet, il n’existe pas un taux d’emprunt, mais plusieurs types de taux d’emprunt. Celui-ci se divise déjà en deux catégories principales : le taux fixe et le taux variable. Généralement, le taux fixe est un peu plus élevé que le taux variable car il offre une sécurité non négligeable dans le temps. Le taux variable quant à lui permet à certains foyers d’accéder au crédit de justesse (ce qui leur serait impossible en taux fixe), mais leur fait prendre un risque sur l’avenir (remontée des taux ou effondrement de l’économie du pays). Le choix d’un taux variable doit obligatoirement s’accompagner d’un passage à taux fixe à termes (en général après cinq années de crédit), et doit aussi connaître un plafond de limitation à + 1 % par exemple (c'est-à-dire qu’il ne peut pas augmenter au-delà, l’on parle alors d’un taux capé). En cas d’augmentation du taux variable, la différence peut s’imputer sur le montant des mensualités, ou bien encore rallonger la durée de remboursement du crédit immobilier.

Autre différence entre les taux d’intérêt sur l’immobilier, la durée de l’emprunt. En effet, les taux proposés par les banques de dépôt ou par les établissements financiers spécialisés sont bien plus intéressants si l’on souscrit un prêt sur 15 ans, plutôt qu’un prêt sur 20, 25, 30 et parfois 35 ans.

L’évolution des taux



En 2005, le taux d’intérêt d’un emprunt immobilier est passé sous la barre des 4 %, ce qui était historique. Jusqu’en 2010, il est remonté aux alentours des 4,2 %, puis a rechuté inexorablement. Aujourd’hui, des taux à 2,10 % sont proposés selon les cas.