1. Actus
  2. Assurance
  3. Le coût d'une assurance emprunteur

Le coût d’une assurance emprunteur


Assurance emprunteur

Avez-vous un projet immobilier (acquisition d’une résidence principale ou investissement locatif) ? Envisagez-vous de faire un emprunt pour financer votre projet ? Si oui, il y a certains points que vous devez analyser au préalable. En réalité, l’octroi d’un prêt bancaire fait souvent appel à l’assurance emprunteur. Qu’est-ce en réalité et quel est son coût ?

Qu’est-ce que l’assurance emprunteur ?

L’assurance emprunteur pour les crédits immobiliers est une formalité nécessaire et une couverture exigée par les banques pour la souscription à un crédit. Quand bien même elle n’est pas obligatoire (selon la loi), la plupart des banques l’exigent en contrepartie d’une offre de prêt pour les projets immobiliers. C’est en quelque sorte une forme de protection non seulement pour celui qui emprunte, mais aussi pour l’organisme prêteur. En effet, elle dispense les personnes qui empruntent des mensualités de leur emprunt en cas de sinistre : c’est l’assureur qui en prend la responsabilité.

Il existe deux types de contrats d’assurance crédit immobilier. Il s’agit du contrat groupe et du contrat individuel. Le premier est celui proposé par la banque pour l’octroi du prêt immobilier. Le second est une alternative qui permet de souscrire une assurance équivalente auprès d’une compagnie d’assureur externe. Avec la loi Lagarde, toute personne qui emprunte est libre de choisir l’un ou l’autre.

Besoin d’une assurance emprunteur ?

Grâce à nos partenaires, notre site vous propose de réaliser un devis pour une assurance de prêt immobilier en quelques clics, en remplissant le formulaire ci-dessous. Profitez-en, c’est gratuit, rapide, et ça ne vous engage à rien !

Les conditions de souscription à une assurance emprunteur

Plusieurs conditions sont nécessaires pour bénéficier d’une assurance emprunteur. Il s’agit entre autres de la limite d’âge, de l’état de santé, de la convention AERAS, des risques courants auxquels est confronté l’assuré et de l’équivalence des garanties en cas de délégation d’assurance.

La limite d’âge

L’âge nécessaire qu’il faut à un assuré pour bénéficier d’une assurance emprunt est 18 ans. Quant à l’âge maximum qu’il faut, même s’il n’existe aucune limite, certains assureurs préfèrent le fixer à 65 ans.

L’état de santé

C’est une condition primordiale dans l’octroi d’un prêt par un organisme prêteur. Il permet d’évaluer les risques à couvrir par l’assurance pour adapter le contrat d’assurance en fonction. Pour ce faire, un questionnaire médical est présenté à l’assuré afin qu’il puisse renseigner son profil médical actuel et ses antécédents. Il faut noter qu’une émission de faux renseignements est passible de poursuite judiciaire.

La convention AERAS

Quand le risque médical s’avère très important, l’assureur est libre de refuser d’assurer l’individu concerné. La convention AERAS de 2007 pallie à cet état de choses avec le droit à l’oubli. Ainsi, un assuré présentant des risques aggravés peut omettre de renseigner certaines maladies à risque comme le cancer. Toutefois, certaines conditions sont nécessaires pour bénéficier de cette convention. L’assuré doit être âgé de 50 ans au maximum, la durée maximale de prêt est de 4 ans et le cumul de prêt est limité à 17 000 €.

L’équivalence des garanties

La loi Lagarde donne le droit à tout futur assuré d’opter pour une délégation d’assurance quand les contrats bancaires ne lui conviennent pas. Cependant, les banques exigent une équivalence des contrats d’assurance externe en termes de couverture des risques. Autrement, l’établissement prêteur peut empêcher la délégation d’assurance ou refuser d’octroyer le prêt.

L’activité professionnelle

Les professions à risque comme le sport extrême sont évaluées par les assureurs et peuvent contribuer à un refus ou des exclusions. Ceci bien sûr, lorsque les statistiques témoignent d’un risque de sinistre élevé.

Le remboursement de l’assurance emprunteur

Selon la loi, les assurés ont le droit aux bénéfices engendrés par les intérêts du placement et aux primes non utilisées pour couvrir les risques prévus. Ainsi, un remboursement est bien possible et deux possibilités s’offrent à vous : l’action individuelle ou l’action collective. L’action individuelle est moins conseillée en raison des procédures longues et onéreuses qu’elle implique.

Par contre, l’action collective est très recommandée. Elle est d’ailleurs autorisée par la loi Hamon, mais à la seule condition que le recours collectif fasse intervenir au moins 100 000 plaignants. Le calcul du montant à rembourser par l’assureur ou la banque est cependant complexe. Toutefois, vous pouvez avoir recours aux organismes consommateurs. Ceux-ci ont généralement les bilans comptables et les documents qu’il faut pour ce calcul.

Les risques couverts par l’assurance crédit immobilier

Les risques couverts par l’assurance de crédit immobilier sont entre autres le décès, la maladie, l’invalidité et la perte d’emploi.

La garantie décès

Elle est généralement présente sur les contrats d’assurance et fait l’objet d’une limite d’âge (entre 65 et 80 ans généralement). En cas de décès de l’assuré, l’assureur poursuit le paiement des mensualités. Lorsqu’il s’agit d’un contrat d’assurance externe, la mutuelle paye l’intégralité des mensualités restantes à l’organisme prêteur. Lorsqu’il s’agit d’un contrat groupe, le montant remboursé varie en fonction de la quotité afférant à l’assuré décédé.

La garantie invalidité

Elle se décline sous plusieurs formes. Le PTIA, l’IPT, l’IPP et l’ITT.

Le PTIA (Perte Totale et irréversible d’Autonomie) correspond à une invalidité de 3ème catégorie et est obligatoire. Comme pour la garantie décès, la responsabilité de remboursement du prêt immobilier revient à l’assureur. Toutefois, il faut que l’emprunteur ne soit plus jamais en mesure de se livrer à un quelconque travail rémunéré. Aussi, l’invalidité de celle-ci oblige l’assistance d’une tierce personne.

L’IPT (Invalidité Permanente Totale) et l’IPP (Invalidité Permanente Partielle) correspondent respectivement à l’invalidité de 2ème catégorie et celle de 1ère catégorie. L’IPT est applicable quand l’assuré présente un taux d’incapacité supérieure à 66 %. L’IPP quant à lui, s’applique aux assurés dont le taux d’incapacité est compris entre 33 % et 66 %. Si la garantie IPP est facultative, elle est généralement souscrite en complément à la garantie IPT.

La garantie incapacité temporaire de travail (ITT) s’applique en cas d’arrêt de travail quand l’assuré est victime d’un accident ou d’une maladie. Ici, l’assureur règle les mensualités pour trois ans maximum. Au terme de ce délai, si l’individu assuré n’est toujours pas rétabli, le remboursement ou non des mensualités dépend de sa catégorie d’invalidité.

La garantie perte d’emploi

Elle ne couvre que les assurés dont l’âge est inférieur à 55 ans et dont le licenciement est indemnisé par Pôle Emploi. L’application de cette garantie dépend également d’autres facteurs et varie d’un contrat à un autre.

Le coût d’une assurance emprunteur

Le coût total d’une assurance emprunteur varie d’un contrat à un autre. Toutefois, il peut s’avérer onéreux dans un contrat groupe. Vous avez la possibilité de changer d’assurance avec le droit à une délégation d’assurance régi par la loi Hamon (à la signature du prêt), la loi Lagarde (en cours d’année) et l’amendement Bourquin (à date anniversaire). Vous pouvez ainsi opter pour la meilleure assurance emprunteur de votre choix et sans frais.

Ce coût est particulièrement régi par son taux. Il varie notamment en fonction du montant de l’emprunt et de sa durée. Plusieurs facteurs sont cependant très déterminants. Il s’agit de l’âge de l’assuré, son état de santé et sa profession.

L’âge de l’assuré

L’âge de l’assuré est très déterminant dans le tarif d’une assurance emprunteur. En moyenne, les tarifs pour les contrats bancaires comptent pour 0,25 % du capital emprunté pour les assurés âgés de 25 ans, contre 0,45 % pour ceux âgés de 45 ans. En ce qui concerne les contrats d’assurance externe, les prix sont généralement moins chers, de l’ordre de 20 points de base pour le taux moyen.

L’état de santé

Pour l’état de santé, l’assurance emprunteur des fumeurs par exemple est plus onéreuse que celle des non-fumeurs. À titre illustratif, pour un assuré âgé de 20 ans et fumeur, les taux de l’assurance emprunteur externe et chez la banque valent respectivement 0,06 % et 0,15 %. Cependant, lorsque ce dernier est un fumeur le taux est de 0,21 % et de 0,09 %.

La profession

L’activité professionnelle de l’assuré compte également dans la fixation des tarifs de l’assurance de prêt immobilier. S’il s’agit par exemple d’une profession à risque, celle-ci peut entraîner des surprimes. Par ailleurs, certaines professions peuvent jouir de quelques avantages. C’est le cas des fonctionnaires où les tarifications des mutuelles de la Fonction Publique sont nettement faibles par rapport à celles des contrats bancaires.

Le calcul des cotisations dans les contrats d’assurance

Dans une assurance emprunteur, l’organisme prêteur accorde une somme d’argent à rembourser chaque mois, majoré d’un taux d’intérêt. Parallèlement, la personne qui emprunte verse une cotisation pour assurer son prêt. Le coût total de l’assurance emprunt dépend du mode de calcul des cotisations.

Les cotisations peuvent notamment être calculées en pourcentage du capital emprunté ou en pourcentage du capital restant dû. Dans le premier cas, le montant de la cotisation d’assurance emprunteur reste constant sur toute la durée du prêt. En ce qui concerne le taux de cotisation sur le capital restant dû, le montant décroît au fur et à mesure que le temps passe. En effet, ce type de cotisation est lié à l’amortissement du capital de l’emprunt.

N’hésitez pas non plus à consulter nos autres contenus sur le sujet de l’immobilier et des emprunts comme :

sebastien
Sébastien

Les sujets de fiscalité

Voir toutes ses publications
Dans la même thématique
CAF
Assurance loyer impayés et assurance habitation : comprendre les différences Il existe des variations de prix significatives sur l'assurance habitation, en fonction de la région dans laquelle se trouve l'habitation. Comprendre ces différences et savoir comment optimiser son choix permet de réaliser des économies considérables tout en bénéficiant d'une couverture adaptée. Voyons donc sur Calculer.com quelles régions françaises disposent des tarifs d'assurance habitation les plus attractifs. Sébastien
assurance-concept
Comment choisir la meilleure assurance vie en 2024 L'assurance vie est un outil essentiel pour préparer son avenir financier. En 2024, choisir la meilleure assurance vie est plus important que jamais. Avec une multitude d'options disponibles sur le marché, il est primordial de comprendre comment comparer les différentes offres pour trouver celle qui correspond le mieux à vos besoins. Dans cet article, nous vous guiderons à travers les étapes clés pour sélectionner la meilleure assurance vie et optimiser vos investissements. Sébastien
assurance mutuelle
Conseils pour choisir la bonne mutuelle Dans un monde où les frais de santé peuvent rapidement devenir prohibitifs, choisir une mutuelle adaptée à ses besoins est essentiel. Contrairement aux salariés du secteur privé et du secteur public qui bénéficient de la mutuelle obligatoire d'entreprise, les travailleurs non-salariés, les retraités, les étudiants et les personnes sans emploi doivent sélectionner eux-mêmes leur mutuelle. Nous allons évoquer les critères essentiels d'une bonne mutuelle aujourd'hui. Sébastien
Responsabilité civile professionnelle
Le coût d'une RC pro Le bien-être des salariés et des clients est tout aussi important que l’intérêt d’une société. En tant que chef d’entreprise, votre esprit d’anticipation, de prévoyance et votre sens de responsabilité devraient vous amener à souscrire une garantie responsabilité civile (RC Pro). Mais qu’est-ce que c’est en réalité ? Quels dommages couvre-t-elle ? Enfin, combien coûte ce type d’assurance ? Autant de préoccupations pour lesquelles vous aurez des réponses à travers ce guide dédié à l’assurance RC Pro. Sébastien
Dernières actualités
CAF
Assurance loyer impayés et assurance habitation : comprendre les différences Il existe des variations de prix significatives sur l'assurance habitation, en fonction de la région dans laquelle se trouve l'habitation. Comprendre ces différences et savoir comment optimiser son choix permet de réaliser des économies considérables tout en bénéficiant d'une couverture adaptée. Voyons donc sur Calculer.com quelles régions françaises disposent des tarifs d'assurance habitation les plus attractifs. Sébastien
investissement etranger
Pourquoi et comment investir à l'étranger ? On évoque sur Calculer.com les opportunités d'investissement et de placements plutôt orientés sur le marché français. Toutefois l'investissement international présente aussi une opportunité intéressante, à condition d'être bien accompagné et de savoir où regarder ;) L'investissement à l'étranger attire en effet de plus en plus d'investisseurs désireux de diversifier leurs portefeuilles et maximiser leur rentabilité, sans se limiter au marché hexagonal. Cette stratégie offre non seulement des opportunités uniques mais comporte aussi des risques et défis spécifiques. Sébastien
Immobilier
Récupération des avoirs du 2ème pilier en Suisse : pourquoi contacter des professionnels ? La récupération des avoirs du 2ème pilier en Suisse constitue une démarche importante pour de nombreux retraités ou expatriés. Ce processus, souvent empreint de complexité, nécessite une attention particulière et une compréhension approfondie des règles en vigueur. Faire appel à des professionnels spécialisés dans ce domaine peut se révéler être une décision judicieuse. Explorons les raisons pour lesquelles il est essentiel de solliciter des experts pour la récupération de ces fonds, tout en mettant en lumière les avantages et les précautions à prendre. Sébastien
estimation immo impots
Estimer la valeur de son bien immobilier pour la déclaration d'impôts Pour les propriétaire d'un bien immobilier, la déclaration d'impôts peut faire figure d'épouvantail et représenter une véritable source de stress. Votre bien immobilier prenant de la valeur avec le temps, il est donc normal de répercuter cette valeur sur votre déclaration d'impôts, afin que votre patrimoine immobilier soit estimé au plus juste. Toutefois, c'est une opération qui peut avoir un impact significatif sur le montant des impôts que vous devrez payer. Si vous voulez donc rester en règle avec l'administration fiscale et éviter toute mauvaise surprise lors d'un contrôle, voici nos conseils. Sébastien
Calcul de l’effet de levier en finance
Comprendre la fiscalité du portage salarial On en parle souvent sur notre site, et c'est logique, puisque le portage salarial a le vent en poupe. Porté par le regain d'intérêt pour la création d'entreprise depuis plus de 10 ans, le portage salarial représente une alternative de plus en plus prisée par ceux qui cherchent à combiner l’autonomie professionnelle et les avantages du statut de salarié. Toutefois, cette solution hybride présente des spécificités fiscales qu’il est crucial d’appréhender pour optimiser sa situation. Sébastien
Les outils et simulateurs dédiés à la gestion de patrimoine
Comment devenir conseiller en gestion de patrimoine : Études, missions et carrières Cela fait quelques années maintenant que le métier de conseiller en gestion de patrimoine attire un nombre croissant de professionnels venus de divers horizons, notamment du domaine financier et fiscal (notamment du côté des experts-comptables). Alors que le métier a longtemps eu une image "ringarde" et peu attractif, les candidats se sont rendus compte qu'il offrait une carrière prometteuse avec des perspectives d'évolution intéressantes. Etant donné que nous traitons sur Calculer.com du sujet sous toutes ces coutures, il nous a semblé logique de faire un petit focus sur ce métier. Pour ceux qui aspirent à rejoindre ce secteur dynamique, comprendre les missions principales, les salaires typiques, ainsi que les études nécessaires est crucial. Sébastien
pret taux zero
Le prêt à taux zéro en 2024 : tout savoir sur les conditions, les montants et la durée A l'origine, le PTZ est né en 1995, sous l'impulsion de Pierre-André Périssol, ministre du logement dans le gouvernement français d'Alain Juppé. Dispositif clé pour favoriser l'accession à la propriété pour de nombreux ménages en France, elle avait pour objectif d'aider les Français aux revenus modestes à devenir "primo-accédants à la propriété" (propriétaires pour la première fois de leur résidence principale). Sébastien