Comment calculer le fonds de roulement


Tout comme il est essentiel de calculer le chiffre d’affaires d’une entreprise, il faut également calculer le fonds de roulement de sa structure afin de s’assurer de sa bonne santé à moyen et long terme. Ce calcul de fonds de roulement se révèle aussi utile et pertinent lorsqu’il s’agit de faire avancer son entreprise, que dans un prévisionnel qui précède la création de celle-ci. De toutes les manières, le fonds de roulement est destiné à augmenter au fur et à mesure de la croissance de l’entreprise.

Comment calculer le fonds de roulement ?

Calculer le fonds de roulement d’une entreprise peut se faire de deux façons, selon l’approche stratégique comptable mis en place par la direction de la structure. La première méthode s’axe sur les éléments hauts du bilan. Le calcul du fonds de roulement s’opère alors comme suit :

Fonds de roulement = (capitaux propres + capitaux empruntés à moyen et long terme) – actifs immobilisés

En clair, les éléments pour calculer le fonds de roulement se définissent :

  • les capitaux propres : ce poste de comptabilité regroupe les réserves de trésorerie de l’entreprise, les apports en capital social en numéraire ou en nature, les primes d’émission, les provisions pour risques et charges, et tous types de fonds propres à l’entreprise
  • les capitaux empruntés à moyen et long terme : il s’agit des emprunts contractés par l’entreprise ainsi que des comptes courant d’associés bloqués à moyen et long terme
  • les actifs immobilisés : ce compte se compose de toutes les immobilisations corporelles, incorporelles et financières de l’entreprise. Il regroupe donc les immeubles, terrains, véhicules, outillage, fonds de commerce, logiciels, marques, brevets, licences, cautions, titres de participation…

Une deuxième méthode permet d’obtenir un résultat plus précis pour calculer le fonds de roulement. Cette méthode de calcul se présente sous la formule :

Fonds de roulement = (capital + compte de résultat + dettes + provisions pour charges) – immobilisations brutes

Le résultat ainsi obtenu définit si le fonds de roulement est nul, négatif ou positif.

Comment interpréter le calcul du fonds de roulement ?



Après avoir procédé au calcul du fonds de roulement, il est temps d’interpréter le résultat pour savoir si la structure est en bonne santé financière. L’interprétation est aussi simple à réaliser qu’elle peut être optimiste dans certains cas, ou inquiétante dans d’autres :

  • si le fonds de roulement est inférieur à zéro : avec un fonds de roulement négatif, une entreprise ne peut pas financer l’ensemble de ses opérations courantes. Lorsqu’une entreprise à un fonds de roulement négatif, l’on dit d’elle qu’elle est « sous capitalisée ». Elle ne peut plus supporter l’ensemble de ses investissements et court à sa perte si la barre n’est pas redressée au plus vite (solutions pour l’augmentation du capital, emprunt, accroissement de l’autorisation de découvert bancaire). Tout ceci amène à calculer le BFR (besoin en fonds de roulement)
  • si le fonds de roulement est égal à zéro : la bonne nouvelle pour une entreprise dont le fonds de roulement est égal à zéro est qu’elle peut continuer à supporter ses investissements sur le long terme. En revanche, le cycle de production et les opérations courantes ne peuvent plus être assurés
  • si le fonds de roulement est supérieur à zéro : un fonds de roulement positif, voilà le rêve de tous les entrepreneurs. Avec un fonds de roulement positif, l’entreprise est assez forte pour financer son cycle d’exploitation et pour supporter l’ensemble de ses investissements. Les disponibilités en trésorerie assurent la pérennité de la production. Mais attention, si le fonds de roulement est excessivement positif, alors il se peut que cela signifie un manque d’investissement de l’entreprise. Un point à corriger car sans investissement à long terme une entreprise finit par mourir